Toutes les infos du 30

Une famille marocaine, en France depuis six ans et retenue à Nîmes, pourrait être expulsée



Une famille marocaine, un couple et trois enfants de 9, 10 et 12 ans, en France depuis plus de six ans, a été interpellée mardi matin à son domicile d’Ajaccio et conduite au Centre de rétention administratif de Nîmes. Le père, Sofiane Dahir, enseignait l’arabe dans des écoles primaires corses depuis 2015, dans le cadre d’une convention entre le Maroc et la France.

Son contrat n’a pas été renouvelé et sa demande d’autorisation de séjour sur le territoire français lui a été refusé, y compris en appel. Une obligation de quitter la France aurait été prononcé par le nouveau préfet de la République de Corse. “Cette famille remplissait les conditions”, pour Yves Carel, membre actif du Réseau éducation sans frontières (RESF).

Les associations d’aide aux migrants, notamment RESF et Forum, protestent contre le placement en centre de rétention d’enfants mineurs : ” Les gouvernements précédents avaient mis un terme”.
 

Le père devant le juge

La famille a été interpellée à Ajaccio “de manière brusque et violente”, selon Yves Carel, qui a rencontré M. Dahir ce mercredi au CRA de Nîmes. Ce dernier a exprimé sa peur et celle de sa famille de revenir au Maroc et même en Corse, étant particulièrement marqué par l’interpellation. Lui seul va passer devant le juge de liberté des peines pour une raison non connue. “Il a toujours répondu à toutes les convocations par rapport à sa demande d’asile”, défend M. Carel.

Sa compagne et ses trois enfants – deux garçons et une fille – ont été libérés. La préfecture de Corse a levé la demande d’interpellation ce mercredi : ces quatre personnes sont assignées à résidence. Sauf que, selon Yves Carel, la préfecture du Gard “rechigne à les loger”.

La famille Dahir risque encore l’expulsion vers le Maroc, via le port de Sète. Le père, Sofiane Dahir, avait une promesse d’embauche à Mantes-la-Jolie, en région parisienne.



Source